Conférence Internationale sur le Renforcement de la Coopération en matière de prévention du Terrorisme

Le Centre Africain d’Etudes et de Recherche sur le Terrorisme, représenté par le Colonel Christian Emmanuel MOUAYA POUYI, Spécialiste Alerte, Prévention, Analyses, Etudes et Publications, a pris part à la Conférence Internationale sur le Renforcement de la Coopération en matière de prévention du Terrorisme
Cette conférence, qui s’est tenue du 18 au 19 mars 2013 à l’hôtel Marriott Absheron de Bakou, était co-organisée par l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (UNODC) et l’Organisation Islamique pour l’Education, la Science et la Culture (ISESCO), en coopération avec le gouvernement de la République d’Azerbaïdjan.
Elle a regroupé des Chefs d’Etats et de gouvernements, des ministres des affaires étrangères et de la coopération, les chefs des grandes organisations internationales, d’éminents experts de la lutte contre le terrorisme et des leaders religieux, représentant 60 pays, 32 organisations internationales et régionales et 19 universités et instituts assimilés.
La cérémonie d’ouverture a été placée sous l’égide du SEM Ilham ALIYEV, Président de la République d’Azerbaïdjan.
La conférence se tenait dans le cadre de la poursuite des efforts de mise en œuvre de la stratégie des Nations Unies contre le terrorisme de 2006. Bien que la communauté internationale, depuis l’adoption de cette stratégie, ait enregistré des succès indéniables dans le renforcement des fondements législatifs et des mécanismes de coopération dans la lutte contre le terrorisme, il sied cependant de reconnaître que le terrorisme, au lieu de décroître, a plutôt continué à se développer en s’adaptant à ce nouveau contexte, en se manifestant sous des formes diverses et variées, de plus en plus violentes, et en multipliant ses liens avec le crime transfrontalier organisé, continuant son expansion vers des régions jusque là considérées comme à l’abri de ce phénomène. Les deux dernières années ayant été marquées, dans plusieurs pays, par des profonds changements politiques qui ont généré d’immenses opportunités pour la transformation démocratique de ces sociétés, pour le renforcement du respect des droits de l’homme et la résolution des diverses difficultés politiques, sociales et bien d’autres difficultés, il a paru important, que les partenaires internationaux revoient les dispositifs de coopération actuels et élaborent, si le besoin s’en ressent, de nouvelles mesures d’assistance mieux adaptées à la nouvelle situation, pour renforcer la coopération et la coordination de la prévention et la lutte contre le terrorisme.
La conférence a constitué un excellent cadre d’échange de vues sur les défis majeurs auxquels se confronte actuellement la lutte contre le terrorisme, et sur les meilleures pratiques mises en œuvre pour surmonter ces défis. Elle a aussi servi de contexte pour l’échange d’expériences dans le domaine de la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent, particulièrement dans le domaine de la lutte contre les discours pseudo religieux incitant à la haine et à la violence, et les meilleures pratiques répertoriées dans la conception et la diffusion des produits contre les stéréotypes et les mauvaises interprétations des concepts religieux.
La conférence a également proposé des projets concrets pour la fourniture d’assistance technique aux Etats pour le renforcement de leurs capacités en matière de lutte contre le terrorisme et l’extrémise violent.