Conférence sur la coopération en matière de contrôle aux frontières dans le Sahel et le Maghreb

Le Centre Africain d’Etudes et de Recherche sur le Terrorisme, représenté par le Colonel Christian Emmanuel MOUAYA POUYI, Spécialiste Alerte, Prévention, Analyses, Etudes et Publications, a pris part à la Conférence sur la coopération en matière de contrôle aux frontières dans le Sahel et le Maghreb.
Cette conférence, qui s’est tenue du 13 au 15 mars 2013 au Ministère des Affaires Etrangères du Maroc à Rabat, était conjointement organisée par la Direction Exécutive Contre le Terrorisme (CTED) et le Centre contre le Terrorisme des Nations Unies (UNCCT) du Bureau de l’Equipe Spéciale de Lutte Contre le Terrorisme (CTITF), en coopération avec le gouvernement du Royaume du Maroc.
Elle a regroupé les pays, organisations et projets suivants : Algérie, Burkina Faso, Libye, Maroc, Mauritanie, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Tchad, Tunisie, CAERT, CEDEAO, UNODC, UNOCA, PNUD, HCR, Standards Internationaux de contrôle des Armes Légères et de Petit Calibre (ISACS), OMD, OMI, Interpol, Collège Sahélien de Sécurité.
Elle s’inscrit dans une série d’activités initiées par la DECT sur le renforcement du contrôle aux frontières des pays de la région du Sahara-Sahel.
Dans le cadre de ces activités, la DECT avait déjà co-organisé avec l’Organisation Internationale des Migrations, à Nouakchott en Mauritanie en avril 2011, l’atelier sur le contrôle aux frontières. Elle avait ensuite mené, du 8 au 23 décembre 2011, une mission d’évaluation de l’impact de la crise libyenne dans le Sahel.
L’organisation de la conférence de Rabat répondait également au souci de mettre en œuvre les éléments pertinents de la stratégie des Nations Unies de lutte contre le Terrorisme, notamment la primauté du Droit et le respect des Droits de l’Homme, tel que rappelés dans la Déclaration Présidentielle du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur la paix et la sécurité en Afrique du 10 décembre2012 (S/PSRT/2012/26), éléments que devrait impérativement intégrer la future stratégie intégrée des Nations Unies sur le Sahel.
Il s’est agi en particulier de relever l’importance de la coordination et la coopération au plan national et au plan régional, au sein et entre les différentes agences nationales impliquées dans le contrôle aux frontières, de réfléchir sur les possibilités d’amélioration des mesures existantes afin de renforcer les capacités des Etats de la région à relever les défis auxquels ils sont confrontés dans le strict respect des normes internationalement acceptées, y compris le respect des droits de l’homme, du droit des réfugiés et du droit humanitaire international.
La conférence a également constitué le cadre de présentation, par les organisations internationales, d’un certain nombre de projets d’assistance technique et de projets de suivi sur le renforcement du contrôle aux frontières dans le Sahel et le Maghreb.
La conférence a été solennellement ouverte avec les allocutions de SEM Saad Dine El Otmani et SEM Mohand Laenser, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération et Ministre de l’Intérieur du Royaume du Maroc, ainsi que celles de Mr Kunio Mikuriya, Secrétaire Général de l’Organisation Mondial des Douanes, de Mr Elliot, Représentant Spécial d’Interpol auprès des Nations Unies, de Mr Jehangir Khan, Directeur du CTITF et de Mr Mike Smith, Directeur Exécutif de la DECT.
La conférence a recommandé la mise en œuvre de plusieurs mesures de renforcement de contrôle aux frontières, parmi lesquelles la construction d’infrastructures adaptées au contrôle, l’acquisition de moyens techniques performants, le renforcement des capacités des personnels chargés du contrôle, la mise en œuvre des mesures administratives et techniques viables de coordination, le renforcement des cadres de coopération et la multiplication et la diversification des activités de coopération.