Des érudits musulmans recommandent l’amélioration de l’encadrement de la jeunesse et des femmes

Niger

le lundi 17 septembre 2018. Agadez – Des érudits religieux d’une dizaine de pays africains de la région sahélo-saharienne, de la Cote ouest-africaine et du Maghreb, avaient recommandé, jeudi à Agadez (Niger),

l’amélioration de l’encadrement de la jeunesse et des femmes à travers le renforcement de la qualité du discours religieux, ainsi que le renforcement de l’enseignement des valeurs et des vertus islamiques dans les programmes d’éducation religieuse, afin de mieux lutter contre le terrorisme et des éléments qui le nourrissent.

Ces théologiens, réunis au Niger, dans le cadre de leur 8eme atelier d’échanges sur la question du radicalisme et de l’extrémisme violent, toutes choses qui conduisent au terrorisme, ont également recommandé aux états victimes de la violence aveugle des organisations terroristes, d’assurer une bonne éducation religieuse aux femmes musulmanes, pour leur permettre de contribuer efficacement à l’éducation des enfants et des jeunes.
Ils estiment que les valeurs et les vertus islamiques sont la base essentielle pour faire face à la crise morale que traverse la jeunesse musulmane, et que la promotion de ces mêmes valeurs permettra de prémunir cette catégorie particulièrement visée et de lui fournir les outils nécessaires lui permettant de faire face aux propagateurs de l’obscurantisme et éviter leur endoctrinement.

Mieux, la rencontre d’Agadez, sous le thème : «les valeurs et les principes de l’Islam dans la lutte contre le radicalisme, l’extrémisme violent et la criminalité transfrontalière organisée », à laquelle prennent part également des spécialistes de lutte contre le terrorisme de l’Unité de Fusion et de Liaison (UFL) et du Centre Africain de Recherches sur le Terrorisme (CAERT), a également insisté sur la formation et le recyclage des enseignants et des éducateurs afin de leur permettre d’acquérir les outils nécessaires à l’encadrement efficient et à la protection de la jeunesse.
« Sensibiliser les acteurs religieux pour une implication plus effective dans la vie quotidienne afin de montrer l’exemple et de mettre en pratique les enseignements religieux liés aux valeurs et aux vertus islamiques », indiquent les Ulémas, Imams et prêcheurs, dans leur communiqué sanctionnant les travaux.

Ces acteurs sont également invités à développer et adapter le discours religieux aux réalités de leurs sociétés respectives, afin de le rendre plus attractif et à promouvoir les ouvrages et les enseignements des érudits locaux traitant de la thématique de l’atelier régional, à savoir la lutte contre le radicalisme et l’extrémisme violent.

Mais toutes ces recommandations ne suffiront pas, selon les participants, ’’sans l’implication et l’engagement des médias pour la promotion des valeurs de paix, de tolérance et de bons comportements promus par l’Islam’’.

« Encourager les acteurs religieux à s’impliquer dans la promotion des valeurs de paix et de tolérance à travers les nouveaux supports de communication, notamment les plateformes sociales qui constituent le terreau fertile de l’enrôlement des jeunes pour la violence », suggère l’atelier dans son communiqué final.

Les érudits religieux et les spécialistes de la lutte anti-terroriste recommandent également de contribuer à la formation des acteurs sécuritaires dans le domaine religieux, afin de leur permettre d’acquérir des connaissances avérées dans la détection des signes précoces de radicalisation et de leur permettre d’apporter des réponses appropriées.

Les Oulémas, Imams et Prêcheurs des Pays témoignent de leur immense gratitude au gouvernement nigérien, et à sa tête son excellence le Président de la République, Monsieur Issoufou Mahamadou ainsi qu’à l’ensemble du peuple nigérien pour l’accueil chaleureux, la sollicitude et l’intérêt qu’ils ont réservé à la Ligue des Oulémas et à cet atelier.
Les membres de la Ligue ont saisi cette agréable occasion pour implorer Allah le Tout Puissant de protéger la Oumma, d’améliorer les conditions de tous les musulmans et d’unir leurs rangs.
Cet Atelier régional a été organisé par la Ligue des Oulémas, Imams et prêcheurs des pays du Sahel, appuyée par l’Unité de Fusion et de Liaison (UFL ; un mécanisme africain de mutualisation des renseignements sur les questions sécuritaires.
Les participants sont issus des pays suivants : Algérie, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Cote d’Ivoire, Guinée Conakry, Niger et Nigeria.