5eme Atelier de la Ligue des Oulémas, Prêcheurs et Imams du Sahel

5eme Atelier de la Ligue des Oulémas, Prêcheurs et Imams du Sahel

N’Djamena, 24-25 Janvier 2017

Rapport

AUTEUR : Mr Ameur DAHMANI, Expert au CAERT.
Alger, le 31 Janvier 2017.
Le 24 et 25 Janvier 2017, M. Ameur DAHMANI à représenter le CAERT, Centre Africain d’Études et de Recherche sur le Terrorisme (CAERT), au 5eme atelier de la Ligue des Oulémas Prêcheurs et Imams du Sahel à Dakar, sous le thème: «Le rôle des Imams de la région du Sahel dans la protection des jeunes contre la radicalisation et l’extrémisme violent»

Organisé par la Ligue des Oulémas, Prêcheurs et Imams des Pays du Sahel, en partenariat avec l’Unité de Fusion et de Liaison, l’UFL, cet Atelier a réuni les membres des bureaux exécutifs de la Ligue des pays suivants : l’Algérie, le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria, et le Tchad, nonobstant la présence des pays partenaires, comme, la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Sénégal ainsi que le Centre Africain d’Études et de Recherche et sur le Terrorisme.
La cérémonie officielle à vue la présence des hautes personnalités Tchadiennes à l’ouverture, des Ministres, dont le Ministre Ahmed Mohamed Bacher, Ministre de la Sécurité et de l’Immigration ainsi que des leaders et des personnalités religieuses qui a fait l’allocution d’ouverture en axant son discours pour que chacun contribue efficacement aux efforts de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme”, à l’instar de la Ligue des ulémas, prédicateurs et imams du Sahel, se félicitant des efforts de la Ligue et de l’Unité de Fusion et de Liaison (UFL) pour sensibiliser aux dangers de la radicalisation et de l’extrémisme violent sur les pays de la région. Il a affirmé que “la paix et la sécurité ne concernent pas seulement les gouvernements, mais impliquent également toutes les sociétés qui se doivent de contribuer efficacement à la promotion de la paix et de la sécurité au Tchad et dans tout les autres pays de la région du Sahel”.
Auparavant, Le Secrétaire général de la Ligue des Ulémas, prédicateurs et imams du Sahel, Youssef Belmehdi, avait affirmé que l’expérience de l’Algérie en matière de réconciliation nationale était un “exemple de réussite” en matière de consécration de la paix et de stabilité. A ce propos, M. Belmehdi a mis en avant le rôle des ulémas en la matière parmi les membres de la Ligue considérés comme une référence dans la région du Sahel du fait qu’ils partagent la même orientation et référence religieuse.
M. Belmehdi a précisé que l’action de la Ligue était centrée sur le “renouvellement des mécanismes de traitement des idées intruses dans notre société qui souvent ne concordent pas avec notre référence religieuse, et ce à travers le retour aux vraies sources de l’Islam.
Cet atelier visait les objectifs suivants :
1- Promouvoir le rôle des leaders religieux de la région du Sahel contre la radicalisation et l’extrémisme violent;
2- Revoir le discours religieux afin de le rendre plus en adéquation avec les attentes et aspiration des jeunes ;
3- Sensibiliser les Imams au recours et à l’utilisation des réseaux sociaux et de l’Internet pour faire face au fléau du cyber-radicalisme et y développer un contre-discours radical;
4- Établir un état des lieux des expériences, stratégies, programmes et initiatives des leaders religieux dans la région du Sahel dans le domaine de la protection des jeunes contre la radicalisation et l’extrémisme violent.
Cet atelier a tracé l’objectif principal d’engager une réflexion approfondie permettant d’offrir un cadre de partage de bonnes pratique et d’expériences les plus efficaces dans le domaine de la prévention contre le radicalisme et l’extrémisme violent des jeunes que représentent les idéologies déviationnistes.
Plusieurs thèmes ont été abordés par les participants, particulièrement, le rôle des Imams, des leaders religieux et des technologies de communication sur Internet et des réseaux sociaux afin de promouvoir un discours prêchant les bons comportements et la haute morale auprès des jeunes, et leur inculquer les valeurs d’échanges et de tolérance, dans un climat de paix, de sécurité, de stabilité.
Les participants ont été unanimes concernant l’importance de la technologie et de la communication via le réseau Internet ainsi que le rôle important que les femmes pourraient jouer, en tant que “premier rempart” dans la société, que ce soit au niveau des réseaux sociaux, des médias, des mosquées et même de la cellule familiale, dans la prévention de la radicalisation des jeunes, d’où l’importance de mettre en place des mécanismes d’alertes aux premiers signes de radicalisation.
Le CAERT, par la voie de son représentant, a mis en avant, l’importance du facteur religieux au niveau des réseaux sociaux en tant “mécanisme de prévention” contre la cyber-radicalisation et le terrorisme. Il a précisé que le “recours des organisations extrémistes à l’Internet pour leur propagande nous met dans l’obligation de développer de nouveaux mécanismes de prévention contre la Cyber-radicalisation et les discours haineux sur la toile, menant à l’extrémisme violent.
L’appel et la proposition a été faite aux imams pour profiter de l’espace Internet afin de sensibiliser les jeunes aux dangers que représentent les thèses des organisations terroristes. L’accent a été mis sur l’impératif d’assurer une large diffusion, en Afrique et dans le monde entier, du discours préventif religieux.
En marge de cet atelier, le Secrétaire Général de la Ligue, en compagnie d’une délégation, a procéder a de nombreuses visites à bon nombre d’établissements religieux et universitaires tchadiens.